Destination : ,


LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE (DELACROIX)

Cette œuvre a été peinte par Eugène Delacroix comme une allégorie du soulèvement populaire des 27, 28, 29 Juillet 1830, appelé « Révolte des Trois Glorieuses ».

Mais ce tableau pourrait représenter tous les soulèvements du peuple français, depuis le XVIII ème et jusqu’à nos jours : la Révolution, la Commune, le Front populaire, Mai 68. C’est pourquoi, de par sa portée politique, il est fréquemment choisi comme symbole de la Démocratie.



1. Politiquement Correct :

NB : il ne s’agit pas de donner une opinion politique ni de défendre tel ou tel parti. Je me suis juste amusée à piocher dans les programmes des élections présidentielles de cette année 2012 pour détourner et associer quelques petites propositions à cette œuvre.

François H. : Ce qui me choque dans ce tableau, c’est la présence de cet enfant, armes à la main, au premier plan… Moi Président, j’augmenterai le nombre des postes de l’éducation nationale, de façon à ce qu’aucun enfant ne soit exclu du système scolaire.

Nicolas S. : Il faut arrêter de payer des professeurs qui ne servent à pas grand-chose, pour augmenter la présence des forces de l’ordre sur le terrain… et là, plus de souci avec ces grévistes qui réclament toujours plus de liberté et em… les vrais travailleurs de chez Lagardère ou l’Oréal.



Marine LP. : C’est quoi cette bohémienne qui danse à moitié nue ? Encore des étrangers qui profitent de notre système sur le dos des vrais français ! Si on appliquait la préférence nationale pour l’embauche, l’attribution des logements et des prestations sociales, ils iraient voir ailleurs !

Jean-Luc M. : Il faut renationaliser entièrement Total, EDF, GDF, ERDF, GRF, AREVA ! C’est pas normal que ces entreprises soient privées ! Si on pouvait se chauffer correctement, chacun resterai chez soi et n’irai plus « se geler les miches » dans la rue pour manifester !

François B. : Il faut repérer les difficultés psychoaffectives chez les élèves en échec grâce à une formation et un réseau adapté, et mettre en place de solutions adaptées. Comme ça, plus de jeunes délinquants dans la rue !

Nathalie A. : A tous les travailleurs : nous pouvons changer les choses pour ne plus être victimes du système capitaliste. Il faut garantir l’emploi et les salaires pour supprimer la pauvreté et mettre un terme à la dégradation des conditions de vie à l’origine des délits … et de l’insécurité !

Eva J. : Si la consommation de cannabis était enfin autorisée, le monde serait « peace and love » ! D’accord, nous aurions les yeux rouges et le regard vitreux, mais plus de problème de violence ! Plus de réflexion et de pensée critique non plus, mais vous savez, ça, en politique…

Philippe P. : D’abord, on interdit les licenciements et les suppressions d’emploi, ensuite on augmente les salaires et les minimas sociaux et enfin, on passe à 32h de travail hebdomadaire. Après ça, plus personne ne descendra dans la rue pour se plaindre, ils seront tous partis en RTT !



2. Le point de vue de Tartuffe :

« Ah ! Mon Dieu, je vous prie,

Avant que de parler prenez-moi ce mouchoir.



Couvrez ce sein que je ne saurais voir :

Par de pareils objets les âmes sont blessées,

Et cela fait venir de coupables pensées. »



3. Promenade sur le Marché :

La boulangère : Oh ! Les belles miches ! Elles ont du être pétries avec amour !

Le boucher : C’est quoi cette cochonnerie ? Allez mettre ça sur le stand d’à côté !

Le charcutier : Quelle horreur, c’est une véritable boucherie ! Vous l’avez montré au voisin ?

La coiffeuse : Avec ce bonnet sur la tête, j’imagine bien l’état de ses cheveux : gras et tout raplaplas !

Le primeur : Regardez mes oranges… Bien galbées, fermes, … ça donne envie d’en manger !

La fleuriste : Ça manque un peu de verdure, non ? Un peu de douceur dans ce monde de brute…

Le cafetier : Un bon petit calva pour requinquer ceux du premier rang, et c’est reparti !

La couturière : Ah non, madame, je suis désolée, je ne peux rien faire pour votre robe !

Le photographe : Quelle scène magnifique ! Regardez ce clair-obscur et cette couleur sépia…

La crémière : Avec des mamelles pareilles, pas de doute à avoir sur la qualité de son lait !



4. Les Chiennes de Garde :

C’est quand même une honte, en 1830, c’est une femme qui représente le guide du peuple et il faudra attendre presque 150 ans pour que les hommes comprennent que les femmes sont libres et que « fraternité » s’applique aussi à leurs sœurs pour que nous obtenions enfin le droit de vote !

Pour l’égalité, ça reste à voir…



5. L’hommage du Chanteur :

Elle est née dans le Paris

Mille sept cent quatre-vingt dix

Comme une rose épanouie

Au jardin des fleurs de Lys



Dieu ! Mais que Marianne était jolie,

Quand elle marchait dans les rues de Paris

En chantant à pleine voix : « Ça ira,… »

Dieu ! Mais que Marianne était jolie,

Quand elle embrasait le cœur de Paris

En chantant à pleine voix : « Ça ira,… »



Il n’y a pas si longtemps

Que l’on se battait pour elle

On a connu des printemps

Qui brillait sous son soleil

Myriam